Dernières publications

[Critique] OPPRESSION (2016) de Farren Blackburn

ADRÉNOMÈTRE  ♡ 
NOTE  TV TV TV TV TV 

Depuis le décès de son époux, Mary, pédopsychiatre, vit seule avec son beau-fils dans un chalet isolé de la Nouvelle-Angleterre. À l’approche d’une violente tempête de neige, Tom, l’un de ses jeunes patients, est porté disparu. Mary, tout à coup sujette à des hallucinations et prise de paranoïa, est bien décidée à retrouver le jeune garçon avant qu’il ne disparaisse à jamais.

Essentiellement tourné vers la série télévisée jusqu'à la sortie en 2013 de son oubliable premier long-métrage Hammer of the Gods, Farren Blackburn s'attaque cette fois au thriller psychologique mâtiné d'épouvante, disposant d'un argument de taille en la personne de la belle et non moins talentueuse Naomi Watts (Le Cercle, Le Cercle 2, Mulholland Drive).

[Critique] MASSACRES DANS LE TRAIN FANTÔME (1981) de Tobe Hooper

ADRÉNOMÈTRE  ♠ 
NOTE  TV TV TV TV TV 

Deux jeunes couples d'amis décident de passer une soirée à la fête foraine installée dans la région. Après avoir fait le tour de quelques attractions, ils se lancent le défi de passer la nuit dans le train fantôme. Une fois à l'intérieur, ils sont témoins d'un évènement terrible. Repérés, ils deviennent des proies prises au piège dans le manège.
Titré en France Massacres dans le train fantôme afin de surfer sur le succès de Massacre à la tronçonneuse, The Funhouse (en VO) confronte une bande de jeunes candides à une famille de dégénérés tapie l'on ne l'attend pas

[Critique] INSTINCT DE SURVIE (2016) de Jaume Collet-Serra

ADRÉNOMÈTRE   
NOTE  TV TV TV TV TV 

Nancy surfe en solitaire sur une plage isolée lorsqu’elle est attaquée par un grand requin blanc. Elle se réfugie sur un rocher, hors de portée du squale. Elle a moins de 200 mètres à parcourir à la nage pour être sauvée, mais regagner la terre ferme sera le plus mortel des combats… 

Devenu un genre à part entière, le film de requin n’est pas le produit le plus prisé des cinéphiles et la très longue liste de nanars décérébrés ayant suivi le chef-d’œuvre de Steven Spielberg, Les Dents de la mer n'a rien arrangé. Évidemment, tout n’est pas à jeter, on retient quelques bonnes pioches comme Open Water ou The Reef qui ont su réveiller notre peur enfouie des profondeurs. C’est donc avec patience et un brin de méfiance que l’on attendait cette nouvelle production sur le thème des vacances à la plage.