THE PRODIGY (2019/2020 - VOD) de Nicholas McCarthy [Critique]

Évaluation du dossier : 3.5/5 [♥♥]

Sarah s'occupe de son fils mentalement perturbé, Miles. Il pense que le diable a pris possession de son corps. Pour sa sécurité et celle de sa famille, Sarah va devoir lutter contre son instinct maternel et chercher à comprendre pourquoi son fils s'est tourné vers les forces occultes.

Énième candidat en culottes courtes au meurtre de ses semblables, The Prodigy, nouvelle livraison du cinéaste Nicholas McCarthy, parvient à recycler habilement la thématique de l'enfant maléfique.
 
Jusqu'ici habitué aux récits alambiqués, le cinéaste Nicholas McCarthy (The Pact, At the Devil's Door) revient à un cinéma plus épuré, mais pas moins efficace. En effet, avec The Prodigy, il adopte une narration plus conventionnelle, s'intéressant à un sujet visiblement inépuisable et qui a fait les belles heures du cinéma d'épouvante : les enfants maléfiques. Et effectivement, The Prodigy semble vouloir jouer dans la cour des grands, en se rapprochant du prodigieux Esther de Jaume Collet-Serra avec une pointe de Jeu d'enfant et de La Malédiction.


Si un style et une signature McCarthy se détachaient clairement de ses précédentes œuvres, on constate ici une approche moins auteurisante, plus grand public. Ce qui, évidemment ne gâche en rien le plaisir. Au niveau du casting, les choses sont plutôt enthousiasmantes. C'est Jackson Robert Scott qui hérite du rôle du mioche psychopathe, Miles. Plutôt juste et visiblement abonné aux films d'horreur puisqu'outre le pauvre Georgie Denbrough maltraité dans l'adaptation cinématographique de Ça, il joue aussi dans les séries Fear the Walking Dead ou encore la série Locke & Key. À ses côtés, on retrouve Taylor Schilling (Orange is the New Black) dans le rôle de la mère dépassée et effrayée par son rejeton ou encore Colm Feore (L'Exorcisme d'Emily Rose, Umbrella Academy) dans celui du vaillant psy qui ferait sans doute mieux de consulter quelqu'un d'autre...


Globalement, comme toujours, Nicholas McCarthy soigne sa mise en images et peaufine particulièrement ses ambiances pour renforcer le stress, déjà bien alimenté par la bande-son de Jospeh Bishara (Insidious, Conjuring : les dossiers Warren), spécialiste des atmosphères lourdes, voire carrément flippantes.

Alors certes, The Prodigy ne révolutionnera pas le (sous-) genre et ses quelques raccourcis scénaristiques pourront sans doute être sujets à quelques légitimes reproches, notamment lors des dialogues en fin de métrage, mais force est de constater que l'ensemble tient plutôt bien la route et surtout tient en haleine le spectateur. Difficile dans ce cas faire la fine bouche...
N.F.T.



EN BREF
titre original : The Prodigy
distribution : Taylor Schilling, Jackson Robert Scott, Peter Mooney...
pays d'origine : États-Unis / Canada
budget : 6 000 000 $
année de production : 2019
date de sortie française : 2020 en VOD (Canaplay)
durée : 92 minutes
adrénomètre : ♥♥
note globale : 3.5/5

† EXORCISME †
▲ Casting efficace
▲ Parfois flippant
▲ Thème intelligemment recyclé

- DÉMYSTIFICATION -
▼ Pas assez de scènes choc
▼ Quelques scènes peu crédibles
▼ Quelques facilités scénaristiques

LE FLIP

Le fiston qui ère dans un couloir sombre...

LIRE AUSSI

Commentaires

En cours de lecture