ACTION OU VÉRITÉ (2018) de Jeff Wadlow [Critique]


Évaluation du dossier : 2.5/5 [♥]

Une partie innocente d'Action ou Vérité entre amis un soir de fête arrosée se mue progressivement en cauchemar sanglant. Les joueurs découvrent qu'il ne peuvent pas arrêter de jouer lorsque leur tour arrive, sous peine de mourir.


Signée Blumhouse, cette variation surnaturelle sur le thème du jeu "Action ou Vérité' propose un concept de base suffisamment fort pour attiser la curiosité du spectateur. Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?


Pour commencer, rappelons pour la forme qu'en 2012 déjà, le concept avait inspiré un huis clos homonyme autour d'un psychopathe assoiffé de vengeance. Ainsi, ne vous étonnez pas de votre éventuelle sensation de déjà-vu... Et qui d'autre que le producteur Jason Blum, dénicheur de concepts forts qu'il concrétise ensuite avec des budgets réduits, pouvait s'y coller ? Sans doute désireux de développer toujours plus d'associations payantes, comme il l'a fait par le passé avec Barry Levinson (The Bay), Scott Derrickson (Sinister) ou encore M. Night Shyamalan (The Visit), c'est cette fois aux côtés de Jeff Wadlow qu'il tente l'aventure. Si le réalisateur n'a pas l'impressionnant pedigree de ses prédécesseurs, on ne peut lui retirer la paternité du plaisant Kick Ass 2 ainsi qu'une incursion dans l'horreur avec Cry Wolf en 2005, qui n'avait pas vraiment marqué les mémoires.


Si souvent, ce type d'association a donné des résultats assez réjouissants, force est de constater qu'ici, c'est plutôt mitigé. En effet, Blum tient bien son concept fort et solide, qui nous tient en haleine, un peu à l'image de I Wish - Faites un vœu pour le pire et Destination Finale pour le meilleur. Malheureusement, bien que la mécanique propre au jeu soit vraiment très réussie, rendant le film véritablement immersif dans son expression de la cruauté, le reste semble tourner à vide. On peine à faire abstraction de son introduction poussive, avec ses personnages d'étudiants fades et stéréotypés et pire, de sa réalisation tellement invisible que l'on se demande s'il y a bien un réalisateur sur le projet. Pourtant la tension atteint des pics intéressants, la déformation des visages et autres manifestations maléfiques du jeu suscitent une certaine angoisse lorsqu'elles ne font pas carrément frémir parfois. La dernière partie du long-métrage se fait également un peu longue, et se perd en explications au détriment de ce qui fonctionne le mieux dans Action ou Vérité, soit justement le jeu et ses conséquences. Dommage...



De son côté, le casting, en roue libre et essentiellement issu du monde de la série télé, fait le taf. On retiendra notamment la prestation de la jolie Lucy Hale, aperçue dans Scream 4 et dans la série Pretty Little Liars, en battante naïve prête à tout pour aider son prochain. Tyler Posey, vu dans les séries Scream et Teen Wolf, hérite quant à lui du rôle de beau gosse de service aux sentiments amoureux ambigus. Le personnage de la meilleure copine torturée est incarné par Violett Beane que vous avez peut-être déjà aperçue dans la série The Flash ou le film d'horreur Flay. Vous croiserez aussi au gré du métrage Sophia Ali (Walking with the Deads), Nolan Gerard Funk (La Maison au bout de la rue, Evidence), Tom Choi (Larguées, Minority Report) ou encore Sam Lerner (Projet Almanach).

Un peu trop fade dans sa réalisation, s'inscrivant dans une longue tradition d'œuvres stéréotypées qui ne prennent pas la peine de dessiner une image creusée de la jeunesse, Action ou Vérité tire son épingle du jeu uniquement grâce à sa partie jeu, très immersive et intense, qui à elle seule, justifie son visionnage. Attention toutefois au déficit d'hémoglobine et au reste du métrage qui fait figure d'ornement sans intérêt véritable.
N.F.T.


EN BREF 
titre original : Truth or Dare
distribution : Lucy Hale, Tyler Posey, Violett Beane, Sophia Ali, Nolan Gerard Funk...
pays d'origine : États-Unis
budget : 3 500 000 $
année de production : 2018
date de sortie française : 2 mai 2018
durée : 100 minutes
adrénomètre : ♥ 
note globale : 2.5/5

† EXORCISME † 
▲ Mécanique du jeu réussie
▲ Concept prometteur
▲ Les sourires angoissants

- DÉMYSTIFICATION - 
▼ Réalisation fade
▼ Jeunesse stéréotypée
▼ Manque d'hémoglobine

LE FLIP 
Un macchabée veut jouer à Action ou Vérité...

LIRE AUSSI


Commentaires

En cours de lecture