ESCAPE ROOM (2017/2018 - DTV) de Will Wernick [Critique]

Évaluation du dossier : 1.5/5 []
À l'occasion de l'anniversaire de l'un d'entre eux, six amis testent leur intelligence dans un escape game. Ils ne savent pas que le jeu va prendre une tournure macabre.


Tout le monde connaît l'escape game, ce jeu dans l'ère du temps qui consiste à enfermer une équipe de joueurs dans une pièce dont il faut percer les mystères pour en sortir. Si Escape Room apporte un peu de piment au concept, il ne parvient malheureusement pas à le transcender.


Situé quelque part entre Saw et Cube, le pitch d'Escape Game était plutôt prometteur, pour peu qu'on y greffe des énigmes ingénieuses enveloppées dans un thriller tendu, ludique et régulièrement ponctué de scènes choc. Mais ça, c'est dans la théorie, car dans la pratique et bien que l'introduction intrigue sur le sort des personnages, il faudra attendre quasiment une heure avant que les choses deviennent sérieuses et que l'on nous propose enfin un peu d'action. Mais à ce moment précis, la lassitude a déjà fait des dégâts et l'efficacité toute relative des quelques scènes d'action qui suivent ne parviendra pas à changer la donne.


Alors on essaye de ne pas trop prêter attention aux quelques faux raccords un peu gênants, comme le sont aussi certaines répliques du style "Ce n'est pas un jeu, il faut que l'on sorte d'ici", alors que deux personnages ont fondu 5 minutes plus tôt sous des vapeurs d'acide, ni au traitement assez misogyne des personnages féminins. En effet, mieux vaut s'en amuser et plutôt s'interroger sur le degré de sincérité du couple à l'origine de cette petite soirée, ou sur la nature de la relation entre cette bande d'amis pour peut-être percer à jour une machination. On peut aussi essayer de comprendre la raison de la nudité de l'une des victimes enfermée dans une cage, tout en essayant de trouver des ponts avec les séquences pré-générique et générique, loin d'être déshonorantes. Sauf que...

Si le scénario d'Escape Room se plaît à multiplier les pistes, il n'en développe réellement aucune. Certes, on imagine le faible budget injecté dans cette série B, mais de là à sous-exploiter à ce point son script, cela en devient troublant. On ne s'éternisera pas non plus sur la bande-son qui, lors de la scène finale de la cabine téléphonique, pille à la note près le splendide travail de Tom Hilkenborg sur Mad Max: Fury Road. D'autant plus maladroit que cette référence tenace n'aide absolument pas à canaliser les intentions du métrage déjà difficiles à cerner. En effet, la dernière carte à jouer au vu du manque de punch de l'ensemble était la conclusion de l'histoire. Stratagème diabolique, vengeance, les pistes étaient nombreuses, mais le tout s'effondre comme un château de carte au générique de fin.


Comparer Escape Room à Cube ou même à Saw s'avère au final une hérésie. Trop lent, trop académique, bancal, ses quelques scènes horrifiques ne suffisent pas à gommer ses nombreuses faiblesses, la plus dérangeante étant cette impression que tout y est gratuit, sans intérêt pour la progression de l'intrigue. Après avoir retourné le problème dans tous les sens, il reste bien sûr la possibilité que l'on n'ait rien compris à l'œuvre en question. Dans ce cas nous comptons sur une âme charitable qui voudra bien éclairer notre lanterne.
N.F.T.



EN BREF
titre original : Escape Room
distribution : Evan Williams, Annabelle Stephenson, Elisabeth Hower, Dan J. Johnson, Kelly Delson...
pays d'origine : États-Unis
budget : N.C.
année de production : 2017
date de sortie française : 14 février 2018 (DTV - Marco Polo Production)
durée : 81 minutes
adrénomètre : ♠
note globale : 1.5/5

 † EXORCISME †
▲ Quelques séquences horrifiques
▲ Pitch prometteur
▲ Quelques bonnes idées de réalisation

 - DÉMYSTIFICATION -
▼ Long à décoller
▼ Manque de punch
▼ Ne va nulle part

LE FLIP
La sombre destinée d'une main qui doit tirer un levier pour ouvrir une porte...

LIRE AUSSI
Paranormal Xperience 3D
Don't Breathe - La Maison des ténèbres
Replicas


Commentaires

En cours de lecture