THE MONSTER (2017 - DTV) de Bryan Bertino [Critique]

Évaluation du dossier : 3/5 []
Une mère et sa fille terrifiée sont prisonnières et tourmentées par une créature sans pitié.


Si l’on vous dit "film de monstre", vous penserez certainement à l’âge d’or de la Hammer ou peut-être certains classiques des studios Universal comme Frankenstein ou Le Loup-garou. Ces dernières années, vous aurez remarqué que c’est plutôt le paranormal qui est à la mode. Quelle aubaine donc de découvrir une nouvelle production où une énorme bestiole va se faire les dents sur les passants, comme à la bonne vieille époque.


Le nom de Bryan Bertino ne vous évoquera probablement pas grand-chose. On le connaît notamment pour le très oubliable Mockingbird et pour The Strangers, un home invasion assez lambda où les protagonistes avaient une fâcheuse tendance à faire le contraire  – hurler, s’énerver, se séparer, etc. – de ce que le bon sens indiquerait. Force est de constater que Bertino a repris les codes les plus efficaces de ce précédent film, mais en a malheureusement conservé quelques défauts par la même occasion.


À partir d’un scénario simple, fonctionnel et sans détour, le métrage nous emmène très facilement dans son univers même si le côté minimaliste de l’histoire peut laisser transparaître un manque d’audace et bien évidemment un faible budget. Kathy et sa fille Lizzy, interprétées respectivement par Zoe Kazan et Ella Ballentine, vont faire la désagréable rencontre d’une créature sanguinaire qui, de toute évidence, s’était levée du pied gauche le matin même. Cela dit, les rapports mère-fille étant plutôt compliqués avant que les problèmes ne commencent, le réalisateur joue énormément sur l’évolution de leur relation face au danger, jusqu’à réveiller les sentiments enfouis de nos héroïnes. Cette originalité a le mérite d’être soulignée, car dans les films d’horreur, on a tendance à croire qu’il n’arrive des tuiles qu’aux familles heureuses, le bémol étant ici qu’à trop vouloir développer cet aspect mélodramatique, The Monster va perdre des plumes en termes de cohérence, à l’instar de The Strangers.


On peut également glisser quelques mots sur le monstre dont le design nous rappelle un peu les créatures de Feast ou celles d’Animal. Comme pour ces derniers, on notera l’absence d’effets numériques abusifs. Notre antagoniste terré dans les bois, à l’écart de la lumière, réveillera nos peurs enfantines et sera évidemment à l’origine des séquences les plus effrayantes.

Après Le Sanctuaire, Le Projet Blair Witch et maintenant The Monster, les balades en forêt perdent de la popularité. Qu’il s’agisse d’humidité, de moustiques ou d’un monstre mangeur d’hommes, il y a toujours un imprévu pour gâcher la randonnée. Pour la détente, on vous conseille plutôt la lecture  – bien au chaud – de quelques articles de Terreurvision. Pour ce qui est du film d’aujourd’hui, il y a à boire et à manger. Certaines incohérences sont rédhibitoires, mais bien heureusement, le divertissement à la clé l’emporte. Une demi-victoire est toujours mieux qu’une défaite. 
N.M.



EN BREF
titre original : The Monster
distribution : Zoe Kazan, Ella Ballentine, Aaron Douglas, Christine Ebadi, Marc Hickox, Scott Speedman...
pays d'origine : États-Unis
budget : 2 700 000 $
année de production : 2017
date de sortie française : 7 novembre 2017
durée : 91 minutes
adrénomètre : ♥♥
note globale : 3/5

† EXORCISME †
▲ Efficace et effrayant
▲ Le traitement de la relation mère-fille
▲ Film de monstre décomplexé

- DÉMYSTIFICATION -
▼ Scénario minimaliste
▼ Manque de moyen
▼ Des incohérences

LE FLIP
Dans la voiture, il ne peut pas nous voir...

LIRE AUSSI
La Forêt
Jurassic Park
Exists


Commentaires

En cours de lecture