[Critique] LA FORÊT (2016 - VOD) de Jason Zada

Évaluation du dossier : 3/5 [♥♥♥]

Sara Price enquête sur la disparition mystérieuse de sa sœur jumelle. En effet, la police a contacté la jeune femme pour l'informer qu'elle aurait été aperçue la dernière fois entrant dans la forêt d'Aokigahara, au Japon, là où les gens partent finir leur vie...

Le nom de Jason Zada, jusqu'alors réalisateur de clips et de courts-métrages et nouveau venu dans le monde du long, ne dira sûrement pas grand chose au grand public.

En revanche, le titre du film en VO peut prêter à confusion puisque l'on se souvient du récent The Forest réalisé cette fois par Darren Lynn Bousman, traduction "française" du titre original "The Barrens"... Tout le monde suit ? Non ? Pas grave, la bonne nouvelle est que bien que piochant un peu à droite à gauche dans le vaste catalogue du genre qui nous intéresse, le résultat de ce premier long s'avère un poil plus passionnant que le neuvième long de Bousman.

Doté d'un budget confortable, La Forêt tire son épingle du jeu grâce à son contexte glauque (une forêt où les gens vont se suicider, il y a plus joyeux comme sujet) et en posant ses caméras dans un endroit suffisamment mystérieux, voire malsain (le Mont Fuji et la forêt d'Aokigahara au Japon) pour vous flanquer la pétoche une fois les personnages plongés dans ses ténèbres. 


Sur fond de lien gémellaire, de faux semblants et surtout de pouvoir mystique forestier, tout semble possible, d'autant que le lieu a tendance à révéler chez celui qui s'y rend les pensées et les souvenirs les plus déprimants. Cela aboutit chez le promeneur à un sentiment de dépression tel que l'endroit est régulièrement le théâtre de suicides chez ceux qui s'y rendent. La chose devient d'autant plus troublante lorsque l'on sait que dans la réalité, la forêt d'Aokigahara, très médiatisée, concentre sur ses 35 kilomètres et depuis les années 50, un nombre impressionnant de suicides.

Pour illustrer son propos, Zada puise dans un catalogue d’œuvres plutôt confidentielles mais qui ont marqué le genre. On pense immanquablement au Chemin sans retour et sa forêt mystique, à Barricade et ses apparences trompeuses, ou encore dans un registre moins confidentiel à l'explosion de la J-Horror, Ring et The Grudge en tête de file. Des œuvres qui, souvent, abordent des thèmes traumatiques liés à l'enfance, à la culpabilité ou à la rédemption. Il ficelle le tout sous forme d'allers et retours dans le temps dévoilant progressivement les intentions des personnages et du réalisateur.


Niveau flip, pas d'inquiétude à avoir, le compte y est. On se fait surprendre à maintes reprises par des spectres joyeusement flippants dont les interventions parfois inattendues, même pour les plus aguerris rappellent qu'il est encore aujourd'hui possible de se faire avoir par les incontournables jump scares.

Plutôt modeste dans ses intentions et bénéficiant d'un casting sympa mené par Taylor Kinney (Shameless, Zero Dark Thirty) et Natalie Dormer (Games of Thrones, Hunger Games), The Forest n'a clairement pas à rougir face à d'autres bêtes du genre bénéficiant d'une visibilité plus conséquente. Ne serait-ce que parce qu'il remplit haut la main son contrat flip. Pour le reste, on pourra toujours lui reprocher son manque d'originalité, c'est sans compter sur son atout flip majeur, la forêt du mont Fuji, qui ne donne franchement pas envie d'aller y faire un feu de camp.
N.F.T. 



EN BREF
titre original : The Forest
pays d'origine : États-Unis
budget : 10 000 000 $
année de production : 2016
date de sortie française : 25 avril 2016 (VOD - Netflix)
durée : 93 minutes
adrénomètre : ♥♥♥
note globale : 3/5

† EXORCISME
▲ Flippant
Le mont Fuji
▲ Efforts de mise en scène

- DÉMYSTIFICATION -
Références trop évidentes
Démarrage un peu long
Lien mellaire sous-exploité

LE FLIP
Mamie perdue dans un couloir en pleine nuit...

LIRE AUSSI
Le Chemin sans retour
Seconds Apart
Unborn

Commentaires


  1. Je viens de le voir et je suis très déçue, je me suis ennuyée, il se passe pas grand chose... A part les quelques jumps scares plutôt réussis, il ne vaut pas la peine pour moi :(

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

En cours de lecture