[Critique] PYRAMIDE (2014/2015) de Grégory Levasseur

Évaluation du dossier : 2.5/5 [♥♥]

Des archéologues découvrent une pyramide unique en son genre enterrée sous le désert égyptien. Alors qu'ils viennent d'y envoyer un robot conçu par la Nasa, ils finissent par perdre le contact avec ce dernier. Pressés par le temps, dans un climat d'insurrection, ils décident d'entrer dans la pyramide afin de localiser le robot. Mais une fois à l'intérieur, les incidents s'enchainent, ils se retrouvent piégés et traqués au cœur d’un labyrinthe…

Après des collaborations convaincantes avec son copain d'enfance, Alexandre Aja, qui donneront naissance à Haute Tension, leur billet d'entrée pour Hollywood, ou encore à La Colline a des Yeux et au Maniac de Franck Khalfoun, Grégory Levasseur livre une première mise en scène sans son acolyte, occupé à ce moment à la réalisation de Horns

Cependant, Aja n'est que partiellement absent du projet, occupant un poste de producteur, sous l'égide de la 20th Century Fox et s'investira essentiellement dans l'étape de préproduction. Alors certes, en terme de found footage, la Fox fait ici mieux que The Baby avec ce survival d'aventure en huis clos, qui louche sévère du côté de The Descent. Plus récemment, on peut surtout citer l'intéressant Catacombes avec lequel il entretient de nombreuses similitudes, pour peu que l'on remplace les sous-sols parisiens par ceux du désert égyptien. À relever une autre petite référence anecdotique, à Short Circuit, puisque le robot de la NASA, en plus d'entretenir une ressemblance avec le héros robotique du film des années 80, se fait appeler "Shorty".


Difficile de refuser à ce premier long de Levasseur le statut d'œuvre relativement honnête et louable dans ses intentions, mélangeant modestement aventure, monster movie et film de couloir souvent intriguant. Mais avec une bonne partie du métrage consacrée aux errances dans les pièces de la pyramide, mieux vaut prévenir les allergiques aux déambulations nocturnes : ils risquent de s'ennuyer ferme. Idem pour les réfractaires aux effets spéciaux numériques, le personnage d'Anubis, big boss imposant et plutôt flippant, est assez raté et souffre clairement de son aspect "animé".

Pour ne rien arranger, le métrage accuse un sérieux problème dans sa gestion des points de vue. Plutôt qu'aller au bout de son concept, celui du found footage, Pyramide sacrifie la crédibilité de son propos sur l'autel de la narration. Les images, pourtant nombreuses, filmées par les personnages sont ainsi parasitées dans la deuxième partie par d'autres images en narration classique, ce qui crée une confusion assez désagréable lors du visionnage. Neil Blomkamp usait du même procédé pour District 9, mais avec des conséquences moindres en termes de réalisme puisqu'il s'agissait ici de science-fiction.



Bien que bénéficiant d'un rythme soutenu et d'un cachet dépaysant – le métrage a été tourné dans le désert marocain – pour amadouer les amateurs d'aventure, Pyramide n'évite pas les écueils du film de couloir. Et à trop vouloir jouer la carte de l'horreur, du mystère et du survival, sans vraiment creuser son sujet, il finit par s’essouffler sans apporter grand chose au genre. Ce qui est confirmé lors de sa conclusion un peu simpliste, voire frustrante. C'est sympa, certes, mais on espérait mieux de Grégory Levasseur que ce simple ersatz de Catacombes – qui aura dégainé le premier dans ce domaine, et en mieux – et The Descent...
N.F.T.

EN BREF
titre original : The Pyramid
pays d'origine : États-Unis
budget : 6 500 000 $ (source Wikipédia)
année de production : 2014
date de sortie française : 6 mai 2015
durée : 89 minutes
adrénomètre : ♥♥
note globale : 2.5/5

† EXORCISME † 
▲ Rythme soutenu
▲ La touche "aventure"
▲ "Shorty"

- DÉMYSTIFICATION - 
▼ Semi found footage bancal
▼ Effets numériques laids
▼ Rien de neuf

LE FLIP
La scène de la balance...

LIRE AUSSI
The Descent
Catacombes
Dead Mine

Commentaires

  1. J'ai pas trop aimé. Plagiat de "Catacombes".

    RépondreSupprimer
  2. Film tres sympathique, la peur n'etant pas reelement presente, et totalement dissipe une fois les monstres "decouverts". Scenario pas top, mais voila, tres original. Combien de film d'epouvante ose aborder la mythologie egyptienne ?
    Trop peu, et c'est la la grande force de pyramide.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

En cours de lecture