[Critique] ÇA (1990/1991 - DTV) de Tommy Lee Wallace

Évaluation du dossier : 4/5 [♥♥]

Octobre 1957, Derry plonge dans l'horreur après la mort du petit frère de Bill. Avec ses amis, ils forment le club des losers. Ils décident de traquer "Ça" un monstre ancestral protéiformes qui se nourrit des humains et de leurs peurs. Incarné sous les traits de "Grippe-sou" le clown, Ça vit dans les égouts de la ville. Les enfants parviennent à le chasser et font un pacte : ils reviendront si le monstre réapparaît. Trente plus tard, ils sont contactés chacun leur tour par Mike, un membre du club resté à Derry. Il sait que Ça est revenu et leur demande d'honorer leur promesse... 

Fort d'une sortie HD sur support Blu-ray, l'abominable Ça, Il est revenu, ou It en version originale, est de retour dans les salons, bien décider à faire émerger les peurs enfouies de ses futures victimes pour mieux s'en délecter...

Et nombreux furent les gamins de cette génération traumatisés par les clowns après avoir zappé sur la mauvaise chaîne au mauvais moment ou parce qu'un pote bizarre amateur de films d'horreurs avait fait jaillir un clown sadique tueur d'enfants du canal AV du vieil écran à tube cathodique.

 
L'heure est une nouvelle fois au dépoussiérage pour cet objet culte de la génération 80-90 et il était temps. La déception s'était avérée de taille lorsque l'édition DVD apparue au début des années 2000 proposait de nouveaux doublages bien inférieurs à la première version, pire, imposait un affreux recadrage pour convenir au format 16:9 devenu entre-temps le nouveau standard d'écran dans les salons. Heureusement cette édition abandonne le pan et scan au profit du 
1.33 :1 d'origine et bien qu'à l'image parfois granuleuse, elle booste dans la foulée les couleurs ici comme jamais mises en valeur. En revanche niveau doublage, on atteint le summum du pire avec des voix d'ados simulées par des adultes, dépourvues de réalisme. Un manque de rigueur qui, malheureusement amplifie l'aspect téléfilm. La V.O. est donc plus que jamais ici conseillée...

Cette adaptation du roman fleuve de Stephen King a marqué l'inconscient collectif pour plusieurs raisons. Le casting pour commencer avec Tim Curry (The Rocky Horror Picture Show, Legends) dans le rôle-titre, tout à fait convaincant derrière le masque de ce bouffon terrifiant. Film chorale oblige, on retiendra chez les adultes l'interprétation d'Annette O'Toole dans le rôle difficile et perturbé de Beverly, celle de Richard Thomas (Night Gallery, Hôtel Woodstock) à l'aise dans la peau de Bill Denbrough, tout comme l'est Harry Anderson dans celui du comique de service, Richie Tozier. Chez les enfants, on retient essentiellement le chef de clan, Bill, joué par le jeune Jonathan Brandis (Liaison Fatale, Le Beau-père 2). Malheureusement, son suicide en 2003 stoppera nette sa carrière aussi brutalement qu'elle fut précoce, idem pour John Ritter (Terror Tract, La Fiancée de Chucky, L'Autre) dans le rôle de Ben Hascom adulte qui nous a, lui aussi, quittés prématurément la même année


Bien sûr tout ce petit monde ne servirait pas à grand chose sans une bonne histoire à raconter. Comme d'habitude, on peut faire confiance à l'imagination débordante de Stephen King pour nous plonger dans les zones les plus flippantes et infréquentables de son imagination. De son côté, Tommy Lee Wallace (Halloween 3 : Le Sang du sorcier,  Vampire... vous avez dit vampire ? 2) bien conscient qu'il lui sera impossible de proposer une vision exhaustive du roman de 1700 pages, s'efforce tout de même d'en condenser les moments-clés. Il est aussi question pour lui de conserver ce qui fait la force de l’œuvre du King, soit l'intrusion du fantastique dans un quotidien crédible et un  sens aigu du traitement de ses personnage.

Mais l'une des réussites du projet tient à la spontanéité qui s'en dégage. Le choix de Tommy Lee Wallace de ne pas lire le roman de King, et de fournir à partir du seul script de Lawrence D. Cohen (Carrie au bal du diable, Carrie, la vengeance, Les Tommyknockers) sa vision de l'histoire, n'est sans soute pas étranger au fait que cet univers semble au final se suffire à lui-même. À noter que le réalisateur sera le premier à l'époque à adapter les coupures obligatoires pour la publicité au découpage de son scénario en sept parties (pour sept personnages).


Au-delà de son aspect purement fantastique, Ça dépeint une histoire d'amitié nostalgique et touchante qui rend d'autant plus implacable le monstre qui se se délecte de la peur de ses victimes. Si les effets spéciaux vont du bluffant pour l'époque (Grippe-sou jaillit d'un livre) au sérieux coup de vieux (le monstre final), on apprécie toutefois le système D à l’œuvre avec des conditions de tournage que l'on imagine aussi urgentes que fauchées. Cependant, le réalisateur relativise le manque de budget, déclarant à l'époque que Ça au-delà de sont côté film de monstre, évoque surtout "les retrouvailles de sept amis d'enfance qui vont honorer un vieil engagement."

Œuvre calibrée pour la télévision, imparfaite mais indubitablement sincère, on ne reste pas de marbre face à cette minisérie horrifique générationnelle incontournable et culte pour de nombreux cinéphiles. Même si le coup de vieux est difficilement contestable, principalement à cause de son petit budget et de certains effets spéciaux qui accusent le passage à la HDil n'en bénéficie pas moins d'un charme intemporel indéniable.
N.F.T.


EN BREF
titre original : It
titre alternatif : Il est revenu
distribution : Harry Anderson, Dennis Christopher, Richar Masur, Tim Reid, Tim Curry, Adam Faraizl, Jonathan Brandis...
pays d'origine : États-Unis / Canada
année de production : 1990
date de sortie française : 1991 (VHS - Warner Home Video) - 16 octobre 1993 (première
diffusion sur M6) - 12 octobre 2016 (BD - Warner Home Video)
durée : 192 minutes
adrénomètre : ♥♥ 
note globale : 4/5

† EXORCISME †
▲ Belle histoire d'amitié
Thématique audacieuse pour un format TV
▲ Culte

- DÉMYSTIFICATION -
▼ Certains effets spéciaux qui ont mal vieilli
▼ Pas aussi intense que le roman
▼ Nouveaux doublages VF à éviter


LE FLIP
Un album photo s'anime et Ça apparait

LIRE AUSSI

Stranger Things
Ghoul
Les Griffes de la nuit



Commentaires

En cours de lecture