[Critique] THE NIGHTMARE (2015) de Rodney Ascher

Évaluation du dossier : 4/5 [♥♥♥]

Et si l’on vous disait que vous n’êtes pas seul chaque nuit lorsque vous vous endormez ? Que vous êtes entouré de forces obscures qui rodent et vous observent ? Que vous pourriez vous réveiller paralysé, sans défense, avec ces ombres à vos côtés ? Et si l’on pouvait vous prouver que cela arrive vraiment ? C’est ce que Rodney Ascher démontre ici. Malgré son sujet terrifiant, ce n’est pas un film de fiction mais un documentaire présentant des événements et phénomènes réels racontés par ceux qui les ont vécus...

Après le passionnant Room 237 dans lequel il dévoilait des théories plus ou moins farfelues autour du Shining de Stanley Kubrick, Rodney Ascher met cette fois ses talents de documentariste au service d'un sujet flippant et littéralement cauchemardesque : les terreurs nocturnes.

Exit donc le documenteur et les théories délirantes autour de l'adaptation du best seller de Stephen King, The Nightmare prend la forme d'un docufiction qui, au fil de témoignages pertinents, vous enveloppe de son aura mystérieuse et inquiétante. Et il faut bien avouer que l'idée d'être visité en pleine nuit dans votre sommeil par des entités inconnues, sombres et menaçantes n'a rien de rassurant. Surtout lorsque certaines victimes de ces manifestations assurent que l'objet de leurs peurs s'est manifesté dès lors qu'ils en avaient appris leur existence. De quoi faire grimper l'adrénomètre encore un peu, alors que le film illustre ces visions cauchemardesques le plus fidèlement possible, tant du point de vue visuel que sonore.


Le mystère s'épaissit encore un peu quand certains "patients" évoquent des expériences en groupe ou assurent avoir dû combattre ces entités, lorsqu'ils n'affirment pas carrément avoir eu des relations sexuelles avec l'une d'elles, ne craignant pas de jeter sur eux le voile d'un scepticisme tout à fait légitime. Manifestations purement chimiques, pathologiques, spirituelles, psychiques ou issues d'une activité démoniaque, le documentaire explore un maximum de pistes, les illustre et ne juge jamais les réactions, témoignages et suppositions des intervenants, aussi excentriques qu'ils puissent paraître. Et c'est là tout ce qui fait la force de The Nightmare. Car le résultat est le même : tous sont terrifiés par leurs expériences oniriques qu'ils partagent avec une conviction déroutante. Et nombre d'entre-nous devraient se reconnaître dans l'un ou l'autre de ces témoignages à gravité variable puisque le phénomène toucherait environ 40 %  de la population.


Docufiction composé d'images effrayantes et d'une partition anxiogène de Jonathan Snipes (Room 237, Starry Eyes), The Nightmare s'attache à illustrer au plus près les histoires de ses huit intervenants, aussi bizarres ou incroyables qu'elles peuvent paraître. On pourrait lui reprocher de faire l'impasse sur les avis de professionnels de la santé ou du monde spirituel, mais force est de constater que l'on peut déjà se faire sa propre idée au terme de ces huit témoignages, de l'origine du phénomène. D'autant que cela renforce l'impact claustrophobe et spirituel de ce voyage flippant dans les confins de l'esprit. Un trip éprouvant, parfois carrément dingue, qui se vit de l'intérieur en compagnie de ceux qui le subissent...
N.F.T.


EN BREF
titre original : The Nightmare
pays d'origine : États-Unis
année de production : 2015
date de sortie française : inédit
durée : 91 minutes
adrénomètre : ♥♥♥
note globale : 4/5

† EXORCISME †
▲ Témoignages flippants
▲ L'approche documentaire
Sujet universel
- DÉMYSTIFICATION -
▼ Pas d'interventions de "professionnels"
▼ Pas de date de sortie
Témoignages parfois un brin illuminés

LE FLIP
Une présence sombre crie dans les oreilles de sa victime...

LIRE AUSSI

Commentaires

En cours de lecture