[Critique] LE DERNIER EXORCISME PART II (2013) de Ed Gass-Donnelly

ADRÉNOMÈTRE   
NOTE  TV TV TV TV TV 

Nell est retrouvée en forêt, apeurée après avoir échappé à un rituel obscur. Soumise à des examens médicaux, elle ne se souvient de rien, si ce n’est que toute sa famille a péri. Elle est donc envoyée à La Nouvelle-Orléans pour essayer de se reconstruire. Suivie par un thérapeute, elle trouve un travail dans un hôtel local et même l'amour. Mais le démon qui l’habite ne semble pas vouloir la laisser refaire sa vie…

Il semble loin le temps où Le Dernier Exorcisme offrait un coup de dépoussiérage salvateur au film de possession, en lui injectant une bonne dose de réalisme, via le format documenteur, et surtout en adoptant un angle plutôt inhabituel et rusé, celui de la pseudo démystification d'une vaste supercherie religieuse composée d'artifices et autres illusions...

Cette suite, qui adopte cette fois une réalisation traditionnelle, constitue même l'antithèse du premier film, relevant de l'ultime tour de prestidigitation. Car Le Dernier Exorcisme Part II s'ingénie, sans parvenir  à duper qui que ce soit, à se faire passer pour un film d'horreur alors qu'il n'en exploite finalement que la force de suggestion, tout en le privant de la moindre scène choc, coupée judicieusement au moment opportun. On saluera par ailleurs la campagne publicitaire parfaitement huilée, qui met en avant des aspects, (contorsion de l'héroïne, marche au plafond...) finalement peu ou pas exploités dans le métrage.



Autre source d'étonnement : son cachet "soft" : à quelques fake scare près, et un vague relent d'Alien rapidement avorté, cette deuxième partie s'avère en réalité fade et moins effrayante qu'un épisode d'Harry Potter. À tel point que l'on pourrait aisément imaginer une diffusion un dimanche après-midi sur M6 pour un public qui préfère à tout débordement gore, une héroïne qui passe son temps à crier et un Mal qui reste à l'intérieur, sagement blottit bien au chaud.

Si à son crédit, la réalisation de Ed Glass-Donnelly demeure sage et soignée, exploitant souvent avec brio quelques ficelles du thriller, l'actrice principale, Ashley Bell exploite à merveille un faciès suggérant une certaine folie, immédiatement contrebalancée par un troublant angélisme. De plus l'idée de ce combat personnel de l'héroïne contre le Mal était plutôt bien vu et rendait même l'idée de cette bataille interne angoissante. L'idée, seulement...




Cependant, malgré ses quelques rares qualités, Le Dernier Exorcisme Part II ne trompe personne. Pire, il va décevoir ceux qui avaient adhéré au concept du premier film. La représentation du malin, sous les traits d'un personnage sorti tout droit d'un carnaval vénitien en banlieue, et même son final explosif, évoquant vaguement le bad guy incontrôlable d'un film de super-héros, ne permettra pas de faire mieux passer la pilule...
N.T.

EN BREF
titre original : The Last Exorcisme Part II
pays d'origine : États-Unis
année de production : 2013
date de sortie française : 13 mars 2013
durée : 88 minutes 
budget : 5 000 000 $ 
adrénomètre : ♥
note gloable : 2/5 

† HANTISE
▲ L'actrice principale
La réalisation soignée
▲ La bande-annonce

-  DÉMYSTIFICATION -
▼ Antithèse du premier
▼ La représentation du mal
Excessivement soft

LE FLIP
Une violente crise de spasmophilie...


Commentaires

  1. complètement d'accord avec cette analyse !

    pour l'avoir vu au ciné, j'en suis ressorti déçu!

    la goutte d'eau, c'est la tête du "démon" à la fin !

    quelques flips néanmoins

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

En cours de lecture