PLAY OR DIE (2019 - DTV) de Jacques Kluger [Critique]

Évaluation du dossier : 2.5/5 []

Lucas et Chloé, deux joueurs passionnés, décident de participer à "Paranoïa", un escape game considéré comme le jeu ultime. Après avoir résolu une première énigme, ils se rendent dans un hôpital psychiatrique abandonné, perdu dans la forêt. C'est là que va se jouer la finale du jeu. Quatre autres participants les attendent. Ils se rendent vite compte qu'un seul en sortira vivant...

L'escape game au cinéma n'en finit plus de dessouder ses joueurs. Play or Die, inspiré d'un roman français et tout droit venu de Belgique, poursuit cette tradition et s’intéresse à un jeu d'évasion aussi ambigu et paranoïaque que ses personnages.

Play or Die est l'adaptation cinématographique du roman de Franck Thilliez intitulé "Puzzle". Nous y faisons la connaissance de Lucas, geek solitaire et passionné de jeux et Chloé, son ex qui revient le harceler alors qu'elle pense qu'ils peuvent, ensemble, remporter un million de dollars en terminant un jeu auquel ils ont consacré beaucoup de temps par le passé. Au fur et à mesure, nous découvrons leur passif commun et individuel sur lequel va se bâtir le récit. Les autres joueurs qu'ils rencontreront sur place seront pour certains mis à contribution afin de semer le doute dans l'esprit du spectateur, alors que les autres seront étrangement sous-développés, au point de s'interroger sur la raison de leur présence. Difficile d'en dire plus sans trop en dévoiler mais avec un jeu intitulé "Paranoïa" et des allusions insistantes au "Lac des cygnes", dans l'utilisation du thème de Tchaïkovski ou dans l'évocation du cygne noir, on se doute du contexte incertain dans lequel on évolue.


Le lecteur du roman constatera que d'importantes modifications ont été apportées par le scénariste et réalisateur Jacques Kluger, celui-ci prenant le risque de déstabiliser ce public. L'idée est probablement de surprendre ce dernier une fois l'explication finale dévoilée. Malheureusement, pour celui qui ne connaît pas le roman, les choses sont tout sauf claires et le cinéaste est avare en indices révélateurs, ne serait-ce que pour accrocher le spectateur et lui donner envie de parcourir des pistes. Cela est dommage car la réalisation est volontaire, avec un cachet européen "film d'auteur" qui dépayse un peu et change des produits horrifiques formatés made in USA. Bien que l'accent anglais à couper au couteau des acteurs pourrait déstabiliser certains (la VF est peut-être préférable ?), Play or Die réussit mieux son volet esthétique. Notamment son travail autour des éclairages et des couleurs vives empruntées, comme de nombreux autres éléments, au giallo.

La partie jeu est vraiment immersive et le suspense fonctionne plutôt bien surtout lorsqu'il accompagne des situations qui tournent au pire pour les personnages. Là Play or Die déroule tout son potentiel horrifique en proposant quelques scènes choc, puisque s'enchaînent meurtres au tournevis, attaque à la seringue, arrachage de dents et autre cuisson faciale sur cuisinière...


Alors oui, l'ensemble s'avère parfois maladroit, voire confus, laissant le spectateur un peu paumé en fin de métrage. La faute peut-être à un aspect whodunit trop prononcé, donc frustrant puisque le spectateur ne dispose pas d'indices suffisants qui justifient une résolution paradoxalement ultra simpliste. Il manque aussi de punch, de vitalité mais si l'on surpasse ses défauts pour se concentrer sur ses qualités, Play or Die parvient à nous plonger en immersion dans son univers de jeu, baigné d'une atmosphère proche des inspirations colorimétriques de Mario Bava. On est très loin du chef-d'œuvre, mais pour les moins exigeants, ou les amateurs de torture porn, cette modeste série B fauchée et faillible, pourrait très bien faire l'affaire. Rarement inintéressante, elle propose en surface, un jeu du chat et de la souris dans une variation trash de l'escape game. Il est juste dommage que cela se fasse au dépend de la cohérence de l'intrigue principale.
N.F.T.

EN BREF
titre alternatif : Puzzle
distribution : Charley Palmer Rothwell, Roxane Mesquida, Marie Zabukovec...
pays d'origine : Belgique
budget : N.C.
année de production : 2019
date de sortie française : 10 juillet 2019 (VOD) - 7 août (DVD - M6 vidéo/Program Store)
durée : 89 minutes
adrénomètre : ♥
note globale : 2.5/5

† EXORCISME †
▲ Efforts esthétiques
▲ Épreuves ludiques
▲ Quelques scènes graphiques

- DÉMYSTIFICATION -
▼ Adaptation infidèle
▼ Des personnages inutiles
▼ Peu compréhensible

LE FLIP
Un joueur "tournevissé" au mur !

LIRE AUSSI
Escape Room
Escape Game
La Cabane dans les bois


Commentaires

En cours de lecture