[Critique] PHÉNOMÈNES PARANORMAUX (2009/2010) de Olatunde Osunsanmi

ADRÉNOMÈTRE   
NOTE  TV TV TV TV TV 

En Alaska, des disparitions inexpliquées se produisent régulièrement depuis les années 1960. Malgré plusieurs enquêtes du FBI, la vérité n'a jamais été découverte, jusqu’à maintenant... Dans cette région reculée, la psychologue Abigail Tyler décide de filmer les séances d’hypnose qu’elle mène avec des patients traumatisés, afin de comprendre les raisons de leurs terreurs nocturnes et de leurs insomnies. Progressivement, elle va mettre à jour les preuves les plus troublantes jamais documentées sur ces mystérieuses disparitions...

Alors en pleine déferlante de found footage dont Paranormal Activity est l'un des fers de (re)lance, un film comme Phénomènes Paranormaux tombe à point nommé pour surfer sur la vague.
Du moins en France, puisque ce titre évocateur a été savamment choisi pour remplacer l’appellation originale  de "l’œuvre" en question : "The fourth Kind".

Présenté sous forme de documentaire, mêlant images d'archives et docufiction tourné avec des acteurs, Phénomènes Paranormaux revient sur une véritable affaire qui a ébranlé l'Alaska. Elle implique la disparition d'une vingtaine de personnes entre 1960 et 2004, entrainant l'intervention du FBI. Sauf que là où le métrage évoque une influence extraterrestre, les agents fédéraux concluront plutôt à des cycles hivernaux rigoureux et une consommation d'alcool souvent excessive dans cette région. La supercherie cinématographique conduira à des plaintes de la ville de Nome et le studio Universal sera condamné à verser 20 000 dollars de dédommagement, pour les préjudices liés aux faux articles de presse et aux nécrologies inventées pour l'occasion, dans l'optique de rendre crédible le propos du film. 


Si Phénomènes Paranormaux offre quelques scènes véritablement terrifiantes, notamment dans ses premières minutes, le réalisateur tente d'imposer un climat d'angoisse par différents procédés, bande-son agressive, mouvements de caméra expressifs, alternance réalité/fiction...) mais ne parvient au final qu'à lasser, sans vraiment convaincre.

En effet, Olatunde Osunsanmi échoue près du but, dans sa tentative de rendre son documentaire hyper dynamique, nous gavant d'images, de sons, et de codes du documentaires, mêlés de manière trop appuyée à une réalisation aussi sophistiquée qu'un film classique, en utilisant par exemple un bon vieux travelling filmé à la louma.

D'autre part, le mélange des pseudos images d'archives et des images retournées annulent en quelque sorte la force de chacune et on peine à réellement s'impliquer. Une technique d'autant plus troublante, qu'il s'agit d'un documentaire et que les images d’archives sont elle-même fictives.


Malgré un casting plutôt pro, avec en tête Milla Jovovich (Resident Evil) qui vient présenter le film en tant qu'elle-même en début de projection, à des années lumière de l'interprétation dérangeante de la quasi inconnue Charlotte Milchard, l'actrice qui joue la vraie Abigail des images d'archives, Elias Koteas (Laisse-moi Entrer, Shutter Island, Zodiac) ou Corey Johnson (Il faut sauver le Soldat Ryan, Kick-Ass), Phénomènes Paranormaux se perd en artifices et dans ses choix de mise en scène, réduisant malheureusement tout son potentiel immersif à néant. Dommage, d'autant qu'il sait se montrer extrêmement convaincant lorsqu'il s'agit de faire peur...
N.T.
 
EN BREF
titre original : The Fourth Kind
pays d'origine : États-Unis / Royaume-Uni
année de production : 2009
date de sortie française : 28 juillet 2010
durée : 98 minutes
budget : 10 000 000 $
adrénomètre : ♥♥
note globale : 2.5/5 

† HANTISE
▲ Flippant
▲ Angle réaliste
▲ Casting

-  DÉMYSTIFICATION -
▼ Très artificiel
▼ Mise en scène brouillonne
▼ Lourd
 

LE FLIP
Le mari d'Abigail se fait poignarder à mort, en pleine nuit, dans son sommeil.

LIRE AUSSI
The Bay
Le Projet Atticus
Apollo 18


Commentaires

  1. une fois de plus, je suis d'accord avec toi. ça semblait bien parti, mais ça s'empêtre vite dans une pseudo histoire d'aliens (qui parlent en araméen si je me rappelle?) qui se prennent pour Dieu... Par contre, c'est vrai que les séances d'hypnose sont bien flippantes, alors que le reste retombe comme un soufflé

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que c'est décevant et qu'il y a des choix de mises en scène étrange. Après, Milla Jovovitch est assez incroyable, pareil pour son homologue Charlotte Milchard malgré son élocution imbuvable. Concernant la mise en scène téléfilm/documentaire à deux balles je trouve ça assez bien foutu et on peut y croire, parce que l’ensemble est tellement aseptisé qu’il serait probable de tomber sur ce genre de truc un samedi soir sur M6. Ce qui me dérange vraiment c’est les scènes pas flippantes du meurtre du mec d’Abigail, des reconstitutions d’enlèvements, bref tout ce qui rend le truc « documentaire ». Par contre les scènes d’hypnoses sont excellentes.

    Rikkit

    Et votre site déchire.

    RépondreSupprimer
  3. Un film qui n'a pas réussit à combler tous les fans de paranormal, mais ça reste quand même un film à voir au moins une fois.

    RépondreSupprimer
  4. Les images d'archives qui sont fausses rendent le film malhonnête et sans intérêt. De plus la prestation de Milla Jovovitch est agaçante et pas du tout convaincante.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

En cours de lecture