SWEET RIVER (2020) de Justin McMillan [Critique] COMPÉTITION GERARDMER 2021

Joey, le fils de quatre ans d’Hanna, a été enlevé par le tueur en série Simpkins et n’a jamais été retrouvé. Rongée par la culpabilité, Hanna a fini par sombrer dans la drogue et l’alcool. Deux mois après sa sortie d’une cure de désintoxication, elle apprend que Simpkins est mort et décide de retourner enquêter sur le lieu du drame : Billins, une bourgade paisible entourée de champs de canne à sucre irrigués par la rivière Sweet. Elle va y découvrir de sombres secrets et menacer de les exposer au grand jour… Les vivants, comme les morts, vont tout faire pour l’en empêcher.


AVIS DE FESTIVALIERS


L'avis de Nico

adrénomètre : 
note globale : 3/5

Sweet River suit la quête de vérité d'une mère brisée par la disparition de son fils. Elle revient sur le lieu de la tragédie dans l'espoir d'y découvrir la vérité et enfin pouvoir démarrer son deuil. Justin McMillan dépeint avec sensibilité la traversée de l'enfer consécutive à la perte d'un enfant dans des conditions dramatiques, que chacun compense comme il peut. La réalisation est globalement soignée, mais l'intrigue, un peu trop paresseuse, n'offre que quelques éléments au compte-gouttes. Les effets de peur sont peu efficaces malgré le potentiel, reléguant le film au simple drame fantastique, qui pourrait évoquer L'Orphelinat, sans en atteindre l'intensité, exception faite de sa conclusion, dont le climax pudique mais bouleversant, achève cette progressive et lancinante quête du deuil impossible.




L'avis de Chris

adrénomètre : ♠ 
note globale : 2.5/5

Un drame sur fond de deuil et alcoolisme. Pas spécialement inintéressant mais pas non plus incroyable...




L'avis de Sylvain

adrénomètre : ♥
note globale : 3/5

Dans une atmosphère lourde, exploitant une thématique pas très fun, le réalisateur propose avec Sweet River une approche de la perte d'êtres chers. On ressent la tristesse, les faux-semblants, les non-dits. Avec un scénario qui construit l'intrigue petit à petit, on reste en immersion jusqu'à une conclusion logique. Un peu lent, sans réelle montée d'adrénaline, ce film laisse en suspens quelques interrogations.




EN BREF 
titre original : Sweet River
réalisation : Justin McMillan
distribution : Lisa Kay, Eddie Baroo, Martin Sacks...
photographie : Tim Tregoning
pays d'origine : Australie
budget : N.C.
année de production : 2020
date de sortie française : Prochainement
durée : 102 minutes


 
LIRE AUSSI


Commentaires

En cours de lecture