[Critique] INSIDIOUS : CHAPITRE 2 (2013) de James Wan

ADRÉNOMÈTRE  ♡ 
NOTE  TV TV TV TV TV 

Après tout ce qu’elle a affronté, la famille Lambert s’efforce de reprendre une vie normale, mais le monde des esprits semble en avoir décidé autrement. Avec l'aide de Lorraine, Josh et Renai vont tenter de découvrir le secret qui les relie au terrifiant monde des esprits.
À peine remis de la claque fantastique assénée avec Conjuring : Les Dossiers Warren dont le succès critique et public font qu'il est encore à l'affiche au moment de la sortie d'Insidious : Chapitre 2, James Wan fait un retour attendu avec, cette fois, la lourde tâche d'offrir une suite, deux ans plus tard, à son autre œuvre culte, sommet de l'épouvante low cost.

Débarrassé du formalisme de Conjuring : Les Dossiers Warren – et avec 15 millions de dollars en moins –, le roi de la terreur à petit budget (Insidious, Saw) reprend la route du cinéma artisanal avec cette suite (sa première en tant que réalisateur alors que Saw en aura connu six) et cherche en premier lieu à réitérer l'effet du premier film, à savoir dispenser une bonne dose de frousse aux spectateurs, en plaçant le mal insidieux, au cœur du cocon familial.


À ce niveau, c'est plutôt réussi, les moment de flip se multiplient et les frissons vous parcourt l'échine plus d'une fois devant la puissance et la force de frappe des esprits. Mais plutôt que s’arrêter à la mise en chantier d'un vulgaire train fantômes, Wan et son pote scénariste-acteur, Leigh Whannell, parviennent à apporter une réelle plus-value au concept globale, en intégrant cette suite à un tout (le comptage en chapitre est, pour le coup, parfaitement justifié), grâce à quelques pirouettes scénaristiques plutôt bien vues (que les amateurs de Retour vers le Futur devraient apprécier). Du coup les deux films sont interconnectés, liés de manière intelligente, au point de ne plus pouvoir être jugés que comme une seule œuvre linéaire.

Car cette suite, non contente d'apporter une nouvelle dynamique au concept de base – les ressorts dramatiques sont soit différents, soit repris mais réintégrés de manière inattendue –, propose des éclairages sur les zones troubles d'Insidious premier du nom, se permettant même, de temps en temps, des interactions poussées extrêmement ludiques, offrant une relecture étonnante de ce que l'on connaissait déjà.


Côté casting, rien à redire non plus. On retrouve les acteurs qui ont fait le succès d'Insidious, à savoir le couple sévèrement malmené, interprété par Patrick Wilson (Conjuring : Les Dossiers Warren) et Rose Byrne (28 Jours plus tard), les jeunes Ty Simpkins (Iron Man 3) et Andrew Astor (Very Bad Trip)... et notre incontournable brochette de scientifiques du paranormal, issus tout droit de SOS Fantômes, Leigh Whannell (également scénariste, ici mais aussi des trois premiers Saw, de son adaptation vidéoludique et de Dead Silence) et le massif Angus Sampson (Mad Max : Fury Road), qui apportent une petite touche de fraîcheur, parfaitement dosée, à l'ensemble.

Avec un budget de 5 millions de dollars (3,5 de plus que son prédécesseur), alloués notamment par Oren Peli, auquel Wan emprunte quelques efficaces séquences de type found footage et au désormais incontournable studio Blumhouse (Dark Skies, Sinister), James Wan réitère l’exploit du premier film, en livrant un métrage passionnant de bout en bout, réellement flippant, parfois même touchant, à l'écriture inspirée et précise, prenant sa source toujours du côté de classique du genre tels Poltergeist, tout en y intégrant un côté Shining parfaitement assumé par Patrick Wilson, de plus en plus inquiétant et méconnaissable au fil du métrage. Sans oublier le retour de ce monde des esprits, éthéré et glauque, évoquant les univers étranges de Silent Hill ou d'Alan Wake dans le domaine du jeu vidéo, qui avait d'ailleurs causé quelques blocages de la part de certains spectateurs. Le tout "bercé" par la partition toujours aussi anxiogène et torturée de Joseph Bishara, fidèle de James Wan.


Alors oui, ceux qui n'ont pas apprécié à sa juste valeur Insidious premier du nom, n'aimeront probablement pas plus celui-ci, puisque le postulat demeure le même : des manifestations boostées au jump scare, des passages atmosphériques situés dans le monde des esprits et une légère pointe d'humour qui, cependant, là est tout le génie du duo Wan & Whannell, n'entache en rien le suspense savamment mis en place. Oui, on pourra toujours chipoter, trouver à redire sur des détails, ou des incohérences, même si au final, cela peut prêter à sourire, alors que le thème traité est tout sauf cartésien...

En revanche, pour ceux qui apprécient toute ces petites particularités esthétiques et scénaristiques qui font d'Insidious un hybride passionnant, assumant son cachet classique et moderne à la fois, dont le faible coup n'évite pas les qualités insolentes, il ne fait aucun doute qu'ils sortiront de séance, au delà du sentiment étrange que le film n'a pas duré suffisamment longtemps, avec la confirmation d'avoir trouvé leur gourou en la personne de James Wan. Et ce, même si ce dernier vient de trahir ses fans, amateurs d'épouvante, en annonçant qu'il s'éloignait désormais du genre, signant dans la foulée pour la sixième suite de la franchise spécialisée dans la grosse miche, pardon, cylindrée, Fast & Furious. La fin d'un long règne sur un pan du cinéma fantastique ? La mise en chantier de Insidious 3 serait pourtant l'occasion rêvée pour revenir sur sa décision. (MAJ : le troisième volet sera réalisé par l'acteur scénariste Leigh Whannell, James Wan étant annoncé pour The Conjuring 2)
N.T.

EN BREF
titre original : Insidious : Chapter 2
pays d'origine : États-Unis
année de production : 2013
date de sortie française : 2 octobre 2013
durée : 106 minutes
budget : 5 000 000 $
adrénomètre : ♥♥♥
note globale : 4/5 

† HANTISE
▲ Flippant
▲ Les pirouettes scénaristiques
▲ Fun et sans longueurs
 -  DÉMYSTIFICATION -
▼ Recette similaire au premier
▼ Impression de déjà-vu
▼ Peu d'horreur graphique

LE FLIP
Parker Crane et sa mère...

LIRE AUSSI
Insidious
The Conjuring
Poltergeist


_________________________

L'avis du petit Scaretrapper
_________________________


En 2013, nous avons eu le droit à deux fois plus de James Wan avec Conjuring : Les Dossiers Warren et Insidious : Chapitre 2, suite directe du film Insidious du même réalisateur et bon sang, qu’est-ce qu’il est doué !  J’avais adoré le premier film et je dois avouer que j’avais quelques appréhensions en rentrant dans la salle, qui ont vite été effacées grâce à l’excellent travail du réalisateur.

Le film débute exactement là où le premier s’était achevé, donc je vous conseille de le regarder avant de vous lancer dans le Chapitre 2. Dans cette œuvre, on découvre la famille Lambert, se remettant difficilement des terribles évènements que nous connaissons déjà. Cependant, les choses ne reprennent pas leur cours normal car le père de famille, Josh, se comporte de plus en plus étrangement.



Les nerfs sont mis à rude épreuve et le scénario est si bien ficelé que l’on se trouve littéralement aspiré par le suspense. La réalisation est vraiment bonne, on retrouve tout notre casting de folie avec Barbara Hershey, Patrick Wilson, Rose Byrne, Leigh Whannell et bien d’autres qui jouent, encore une fois, extrêmement bien leur rôle.

La tension qui règne est parfaitement maitrisée par Wan qui semble être l’un des seuls réalisateurs de ce siècle à  avoir compris comment faire peur aux gens.  Il nous offre un film d’horreur quasiment parfait. Le seul point noir au tableau est le trop court intervalle entre sa sortie et celle de Conjuring : Les Dossiers Warren. Un tel rapprochement peu sembler bien, surtout lorsque l’on parle de James Wan, mais là, on dirait presque qu’il a épuisé tous ses "trucs" visant a nous effrayer, du coup, on se retrouve avec des impressions de déjà-vu qui gâche (légèrement) le plaisir.
Malgré cela, j’ai adoré Insidious : Chapitre 2, la mise en scène, le scénario, les acteurs, avoir peur. Bref ! J’adore James Wan et ce film est une vrai réussite.

note globale : 4.5/5
adrénomètre : ♥

le flip : Les visions de Dalton

Deadwalker, 15 ans.

Commentaires

  1. Autant le 1er est sympathique mais pas bien terrifiant que celui ci est excellent en tout point, je l'ai vu au cinema est toutes la salle etait peter de trouile.
    Un excellent film que je recommande chaudement, même si certain n'eprouveront sans doute aucune peur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

En cours de lecture