J'ai rencontré le Diable (2010/2011) de Kim Jee-Won

ADRÉNOMÈTRE  ♠ 
NOTE  TV TV TV TV TV 

Soo-hyun, jeune agent des services secrets sud-coréens, se lance à la poursuite du tueur en série qui a massacré sa fiancée alors enceinte. Élaborant un plan de vengeance aussi diabolique que l'est le criminel avec ses victimes, commence alors un jeu du chat et de la souris qui déclenchera une terrible vague de violence…

Sensation étrange à la sortie du visionnage de J'ai Rencontré le Diable. Plus que celle d'avoir découvert un film maitrisé de bout en bout, le métrage de Kim Jee-Won (2 Soeurs) s'impose comme une magistrale leçon de cinéma, un véritable moment de grâce dans l'histoire du septième art.
Toutefois autant être clair immédiatement, malgré un titre qui pourrait prêter à confusion et surtout trois récompenses au festival fantastique de Gérardmer en 2011, ce petit bijou n'a absolument rien de fantastique. S'il maintient une tension après le meurtre ignoble de la fiancée de Soo-Hyun, puis dès que le jeu du chat et de la souris se met en place, il ne faut pas s'attendre à réellement flipper.

Non, J'ai Rencontré le Diable serait plutôt à classer dans le thriller tendance ultra-violent, réduisant les films de vengeance de Chuck Norris, ou Steven Seagal à des films romantiques à deux sesterces. Froid, cruel, sans concession, la lutte entre un bourreau et un jeune homme assoiffé de vengeance dérange et interroge au final le spectateur sur celui des deux qui s'avère le plus monstrueux. Non sans un certain recul, puisque même dans la plus vile expression d'une vengeance ultra violente, le réalisateur parsème son récit d'un second degré parfaitement dosé, qui au-delà des rires nerveux qu'il provoque, plonge d'autant plus le spectateur dans un plaisir coupable face aux souffrances de la pire des ordures. 


Servi par un scénario en béton armé , une réalisation magistrale, à ce titre le travelling circulaire lors d'une scène de massacre à l'arme blanche dans une voiture taillant la routeà vive allure, fera date dans l"histoire du cinéma. Sans oublier une brochette d'acteurs remarquables, dont les Sud-Coréens Min-Sik Choi (Old Boy) affichant le nihilisme et l'allure d'un Depardieu asiatique, et Lee Byung-Hun en vengeur implacable et roi de la baston. J'ai Rencontré le Diable est sans aucun doute la claque artistique et stylistique dont le cinéma avait bien besoin...
N.T. 

En bref : 
titre original : Akmareul boatda
pays d'origine : Corée du Sud
année de production : 2010
date de sortie française : 6 juillet 2011
durée : 141 minutes 
adrénomètre : ♠
note globale : 5/5

Le flip :  Lors d'une nuit enneigée, une jeune femme refuse l'aide d'un inconnu...



Commentaires

  1. LA CLAQUE de 2011 tout simplement.
    Voici un thriller malsain et bien glauque.
    Jee-woon Kim réalise la son film le plus abouti, l'ambiance est pesante, on ne ressort pas indemne une fois le film visionner. Les protagonistes réalisent une grande prestation:
    Min-Sik Choi est époustouflant dans son rôle de serial killer.
    Et Byung-hun Lee est tout simplement exceptionnel dans son rôle de vengeur.
    La vengeance voila le maitre mot du héros, il va jouer au chat et a la souris avec le tueur de sa compagne. Jusque la fin on se demande jusqu’ou va aller le héros dans sa vengeance.
    La fin du film est superbe car c'est a ce moment la que le héros craque vraiment et qu'il ce rend compte que tout est fini. La traque du serial killer lui permettait de penser à autre chose, courir vers l'avenir pour ne pas se faire rattrapper par le passé. Mais ce passé le rattrape finalement. C'est fini. Il n'y a plus rien à faire, et l'acteur s'effondre enfin complètement. Tout simplement superbe.
    Mais a la fin une question ce pose:
    lequel du tueur ou du hero a rencontrer le diable.

    RépondreSupprimer
  2. Un des meilleurs films coréen que j'ai vu , un chef d'oeuvre tout simplement ya pas d'autre mot pour le décrire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne va pas te contredire,on a adoré ici. Un revenge movie parfaitement réalisé, implacable dans son traitement de la violence et surtout très intelligent...

      Supprimer

Publier un commentaire

En cours de lecture